Covid-19 : personnel des institutions sociales fribourgeoises malmené !

Le personnel des institutions sociales fribourgeoises est considéré comme du personnel indispensable dans la crise sanitaire actuelle. Pourtant, il est fortement invisibilisé, bien qu’étant très sollicité. Le personnel des institutions sociales apporte du soutien aux personnes les plus vulnérables de notre société. Il se donne corps et âme pour que les personnes prises en charge vivent au mieux, en termes de santé et de qualité de vie, la crise sanitaire actuelle. Mais le personnel ne doit pas le faire au détriment de sa propre santé ou de ses droit élémentaires.

Le SSP constate des dysfonctionnements importants dans plusieurs institutions sociales fribourgeoises. Nous émettons dès lors les revendications suivantes afin de protéger la santé et les droits du personnel des institutions sociales fribourgeoises:

  • Le personnel doit bénéficier de matériel de protection adéquat

L’accès au matériel de protection doit être généralisé pour tout le personnel travaillant dans les institutions sociales (y compris personnel administratif et d’intendance). Actuellement, les masques sont distribués au compte-goutte…quand il y en a. Pour protéger les personnes prises en charge, le personnel doit également pouvoir se protéger, d’autant plus qu’il n’est pas possible de garantir les distances de sécurité dans les institutions sociales. Bénéficier de masques, et pouvoir les changer régulièrement, mais également de gants et de blouses individuelles et journalières est indispensable. L’accès aux test de dépistage doit être généralisé pour le personnel et les personnes prises en charge dans les institutions sociales fribourgeoises.

  • Les droits au travail doivent être respectés

Les institutions sociales fribourgeoises, même en temps de crise, doivent respecter les dispositions de la CCT INFRI-FOPIS à laquelle elles sont soumises. Le respect de la CCT inclut également, par analogie, les « Directives du 6 avril 2020 relatives aux dérogations au Règlement du personnel de l’Etat durant la pandémie de Coronavirus ».

Dans le cas d’une baisse du volume de travail dans l’institution, et en cas d’impossibilité de télétravail ou d’affectation à d’autres tâches, le collaborateur ou la collaboratrice doit être libéré.e partiellement ou totalement de son obligation de travailler. L’employeur n’a, de fait, pas le droit de mettre les salarié.e.s en heures négatives et de les contraindre à une augmentation postérieure de la charge de travail comme nous le voyons dans plusieurs institutions sociales. Ce n’est pas au personnel de payer les frais de la crise sanitaire !

  • Protection des personnes vulnérables

Le Conseil fédéral est revenu en arrière concernant les personnes dites « à risques » (personnes ayant 65 ans ou souffrant de cancer, de diabète, d’hypertension, de faiblesses immunitaires, d’une maladie cardiovasculaire ou respiratoire). L’Ordonnance 2 Covid-19 prévoit désormais que, si le télétravail n’est pas possible, les travailleuses et travailleurs qui ne se sentent pas en sécurité au travail ou au cours des déplacements pour s’y rendre, peuvent, avec une attestation médicale, rester chez elles. Le maintien du salaire doit être garanti par l’employeur.

  • Après la crise, des compensations solides

A l’issue de la crise liée au Covid-19, des compensations financières et en temps sont attendues pour le personnel qui s’est largement rendu disponible. Le personnel se rend très flexible durant la crise. Les activités sont réorganisées partout, les changements d’horaires sont permanents, les vacances ont été supprimées. Le personnel doit s’adapter à des directives qui changent tous les jours, et à des normes de sécurité devenues extrêmement contraignantes.

Les remerciements et les applaudissements sont appréciables. Mais ils ne sont pas suffisants : des compensations concrètes, financières et en temps, doivent être octroyées au personnel des institutions sociales fribourgeoises. Le personnel estime également que des moyens supplémentaires doivent être investis dans le secteur social, afin d’assurer une meilleure prise en charge des personnes les plus vulnérables de notre société.

En cas de problème : contactez le SSP

Si vous avez des questions ou estimez que votre employeur ne respecte pas vos droits en cette période de crise sanitaire, contactez-nous. Le SSP interviendra directement auprès de votre employeur.

Contact : Catherine Friedli, 079 962 89 93, Enable JavaScript to view protected content.

Flyer pseronnel des isntitutions sociales fribourgeoises

Downloads
20.04.2020 Flyer personnel des institutions sociales PDF (93 kB)