Buanderie de l'HFR: le Conseil d’Etat se fonde sur des données erronées

de: Gaétan Zurkinden

Dans sa réponse à la question des députés David Bonny / Xavier Ganioz « Interpellation au sujet de la consultation sur l’externalisation des buanderies de l’HFR » (19 juin 2017), le Conseil d’Etat donne un certain nombre d’informations sur la Buanderie HFR.

Nous relevons, tout d’abord, que le Conseil d’Etat ne se prononce pas formellement sur le choix à effectuer (maintien d’une Buanderie publique ou externalisation) :

  • Le gouvernement rappelle que « A l’issue de la phase de consultation sur l’externalisation de l’entretien du linge de l’hôpital fribourgeois, le Conseil d’administration a décidé de confier un mandat d’étude portant sur le coût global d’une centralisation de la buanderie à l’HFR Fribourg – Hôpital cantonal sur une durée de 10 ans » (page 3). C’est le résultat de la grève de deux jours du personnel de la Buanderie.
  • Par ailleurs, le Conseil d’Etat précise que « En-dehors du cadre fixé par la planification hospitalière, le Conseil d’Etat n’entend pas intervenir dans les choix stratégiques de l’HFR, établissement autonome de droit public » (page 7).

Toutefois, dans sa réponse, le Conseil d’Etat reprend un certain nombre de chiffres et de considérations fournis par l’HFR avant l’ouverture de négociations et l’accord trouvé avec le Conseil d’administration de l’HFR, au terme du mouvement grève. Or, plusieurs de ces chiffres et considérations sont, factuellement et objectivement, faux :

  • Selon le Conseil d’Etat, la privatisation de la Buanderie serait 7,5% moins chère que la variante interne (= maintien d’une Buanderie publique). C’est faux et archifaux ! Les chiffres fournis, lors des négociations, par la Direction HFR montrent que les coûts d’exploitation en cas de maintien d’une Buanderie publique sont moins chers qu’en cas de privatisation (80'000 francs de moins par an).
  • Selon le Conseil d’Etat, « la construction d’une nouvelle buanderie d’ici 2021 – 2026 serait absolument nécessaire car le volume actuel de la buanderie sur le site de Fribourg est trop restreint pour assurer le traitement du linge de l’ensemble de l’HFR ». Là encore, cette affirmation est totalement erronée. La capacité de la Buanderie de l’Hôpital cantonal est de 7 tonnes de linge par jour, alors que la quantité journalière de linge traitée au sein de l’ensemble de l’HFR est de 4,5 tonnes par jour. Le choix, éventuel, de construire un nouveau bâtiment n’est en rien lié aux besoins en termes d’exploitation de la Buanderie, mais découle d’autres considérations, liées à l’organisation du secteur des soins.
  • A la question « Quel est le prix actuel moyen par mois de l’entretien du linge au HFR et à Tavel ? », le Conseil d’Etat donne un montant global, qui ne permet pas réellement de comparaison avec les sites qui externalisent la gestion du linge (Riaz, Billens, Meyriez). Le gouvernement a, sciemment, omis de fournir le prix par kilo de linge, qui est largement inférieur sur les sites ayant une Buanderie publique (Hôpital cantonal : 3,46 francs / kilo ; site de Tavel : 3,25 francs / kilo) par rapport aux sites qui confient leur linge à des entreprises privées (Riaz : 4,92 francs / kilo ; Billens : 4,77 francs / kilo ; Meyriez : 6,42 francs / kilo).
  • Enfin, pour ce qui concerne les salaires pratiqués dans les entreprises privées s’occupant du traitement du linge, le Conseil d’Etat affirme que « A ce stade du projet, l’HFR ne dispose pas de données concernant le salaire moyen des collaborateurs de ces entreprises ». S’il est possible que le salaire moyen ne soit pas connu, les salaires pratiqués à l’embauche, eux, sont accessibles à tout un chacun : le salaire d’un employé non qualifié est de 3'300 francs par mois pour un taux d’activité de 100% (Source : Convention collective de travail romande du nettoyage industriel des textiles).

Les augmentations salariales dans ce secteur sont quasiment inexistantes et, selon le syndicat UNIA, les salaires sont, au mieux, de 3'500 francs par mois pour un emploi à 100% après plusieurs années d’expérience. La différence de salaire est donc bien de l’ordre de 2'000 francs par mois par rapport aux salaires versés aux employés de la Buanderie de l’HFR. Cela confirme donc que l’externalisation de la gestion du linge s’apparente à du dumping salarial.

En fournissant des données erronées ou approximatives, le Conseil d’Etat induit les députés, et la population, en erreur, et cela alors que les organisations du personnel et la Direction se sont mis d’accord, après un mouvement de grève du personnel concerné, sur la réalisation d’une étude dont l’objectif est de disposer d’informations fiables et précises sur les coûts d’une Buanderie publique. C’est regrettable.
Le SSP – région Fribourg et le personnel sont confiants dans le fait que l’étude qui portera sur le maintien d’une Buanderie publique au sein de l’HFR pour une période de 10 ans montrera que cette option est, financièrement, tout à fait réalisable.

Cette News au format PDF