Intégration des élèves migrant.e.s

de: Virginie Burri

Dans La Liberté du 13 mars, une enseignante du CO de Marly tirait la sonnette d’alarme en dénonçant les dysfonctionnements liés à la prise en charge des réfugiés mineurs non-accompagnés (RMNA) dans les foyers gérés par ORS (manque de suivi individuel et d’accompagnement thérapeutique). Cette enseignante relevait également l’inaction des autorités, dans ce cas de la Direction de la santé et des affaires sociales (DSAS).

Une problématique qui concerne tous les élèves allophones

Ce manque de considération des autorités, pour les RMNA en particulier et pour les élèves allophones en général, ne se limite pas à la DSAS.

Sollicité par des enseignants de Français Langue Seconde (FLS), préoccupés par le manque de moyens pour permettre une prise en charge adéquate des élèves migrants, le SSP-Groupe Enseignement a récemment rencontré la Direction de l’instruction publique de la culture et du sport (DICS).

Malheureusement, de ce côté, ce sont également le flou et le manque d’actions qui règnent. En gros, pour la DICS tout va bien et ce, malgré les témoignages d’enseignants qui montrent le contraire.

Pourtant, ce n’est pas la première fois que les enseignants de FLS essayent de faire part de leurs préoccupations, mais les efforts qui ont été faits restent largement insuffisants au regard de la réalité vécue sur le terrain.

Des revendications pour la DICS

Face à ce manque de considération pour les besoins des enseignants, et donc des élèves, le SSP-Groupe Enseignement est en train d’élaborer une liste de revendications qui sera prochainement transmise aux personnes responsables de la scolarisation des élèves migrants.

Il s’agira notamment de demander :

  • une meilleure prise en charge des élèves qui ont peu ou qui n’ont pas été scolarisés
  • de tout mettre en œuvre pour que les RMNA puissent avoir un suivi médical, psychologique et scolaire adapté
  • ou encore de financer une formation pour les enseignants de FLS ainsi que des formations continues pour les enseignants ordinaires et les responsables d’établissement/directeurs. Ces derniers doivent d’ailleurs absolument être conscientisés à l’importance de soutenir ces élèves et leurs enseignants.

Le SSP-Groupe Enseignement demande aux autorités (DSAS et DICS) de prendre au sérieux les besoins des enseignants afin qu’ils puissent donner à ces élèves un enseignement de qualité dans les meilleures conditions possibles. Dans ce sens, le SSP demande en urgence un entretien avec le Conseiller d’Etat J.-P. Siggen.

Downloads
31.05.2017 LL12.03.17 PDF (128 kB)
Cette News au format PDF