Le personnel des soins de Fribourg pourra faire grève!

de: Gaétan Zurkinden

La mobilisation du SSP – région Fribourg a porté ses fruits : comme le reste des salariés de l’Etat de Fribourg, le personnel des soins aura le droit de faire grève. Dans l’avant-projet de loi concernant la révision partielle de la Loi sur le personnel de l’Etat de Fribourg, qu’il vient de transmettre au Grand Conseil, le gouvernement a en effet décidé d’octroyer le droit de grève pour le personnel des soins.

Une décision loin d’être acquise

Cette décision est, sans aucun doute possible, le fruit des initiatives prises par le SSP – région Fribourg. Le droit de faire grève pour le personnel des soins était en effet loin d’être acquis : avant l’été, à l’issue de la première phase de consultation, le Conseil d’Etat était resté ferme sur son premier choix, qui était de maintenir une interdiction stricte du droit de grève pour le personnel des soins.

Le SSP – région Fribourg a alors lancé une pétition auprès du personnel des soins, avec l’appui de nombreuses organisations : AFDASSC (association fribourgeoise des ASSC), Union syndicale fribourgeoise (USF), Parti socialiste (PS), Verts, solidaritéS. Le succès de cette pétition – qui a recueilli plus de 1'500 signatures entre la mi-juillet et la mi-août – de même que la disponibilité du personnel des soins à se mobiliser plus fortement en cas de maintien de l’interdiction du droit de grève, ont permis de faire pencher la balance.

Résultat des grèves soutenues par le SSP

De manière plus générale, la reconnaissance du droit de grève pour le personnel des soins est le fruit des grèves menées par le personnel de la Buanderie de Marsens (BEM), de la crèche de l’Hôpital fribourgeois (HFR) et de celle des salariés de la Buanderie de l’HFR, avec le soutien du SSP. Ce sont bien ces mobilisations qui ont permis d’ancrer le droit de grève dans la Loi sur le personnel de l’Etat de Fribourg (LPers).

Il faut également souligner que l’octroi du droit de grève pour l’ensemble de la fonction publique et parapublique fribourgeoise – à l’exception des policiers et des agents de détention – permettra de renforcer de manière importante le poids du personnel dans les négociations. Dorénavant, le Conseil d’Etat saura qu’en cas de remise en question importante des conditions de travail et de salaires du personnel, les salariés pourront faire grève, comme c’est le cas dans les cantons voisins (Genève, Vaud, Neuchâtel, Jura). Il s’agit là d’un pas en avant inestimable dans la défense du personnel du service public et parapublic fribourgeois.

Contact Gaétan Zurkinden, secrétaire régional SSP (079 462 12 83)

Cette News au format PDF