CPPEF: Le SSP s’oppose à des diminutions massives de rentes et à l’élévation de 4 ans de l’âge de la retraite

de: Gaétan Zurkinden

Le SSP – région Fribourg s’oppose à la révision de la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat de Fribourg (CPPEF) telle que mise en consultation par le Conseil d’Etat. Cette réforme fera, en effet, porter l’essentiel des sacrifices sur les salariés. Les pertes de rentes se monteraient à plusieurs centaines de francs par mois – jusqu’à 1'300 francs de moins par mois en cas de retraite à 60 ans ! – et l’âge de la retraite serait élevé de 4 ans. Et cela alors que la situation financière de la CPPEF est excellente ! Le SSP va proposer à la FEDE de poursuivre la mobilisation initiée le 22 septembre, et d’appeler à une Assemblée générale unitaire de la fonction publique fribourgeoise, fin janvier, afin de discuter de la suite à donner, notamment l’organisation d’une journée d’actions et de grève au mois de février 2019.

Baisses de rentes massives : jusqu’à 1'300 francs en moins par mois !

Le projet du Conseil d’Etat aurait pour conséquence des baisses de rentes massives : plusieurs centaines de francs par mois en moins à l’âge de 64 ans, et même, parfois, au-delà de 1’000 francs par mois en moins à 60 ans ! Nous avons effectué des calculs concrets pour 3 salariés, selon la première variante du Conseil d’Etat : un employé de nettoyage âgé de 49 ans au moment de l’entrée en vigueur du nouveau projet verrait sa rente diminuer de 500 francs par mois à 64 ans, et de 675 francs par mois à 60 ans. Une infirmière de 41 ans perdrait 470 francs par mois à 64 ans et 720 francs par mois à 60 ans. Enfin, un enseignant de 45 ans perdrait 599 francs par mois à 64 ans et 1’300 francs par mois à 60 ans.

Elévation de 4 ans de l’âge de la retraite

La réforme du gouvernement aurait également pour conséquence une élévation de 4 ans de l’âge de la retraite. Actuellement, un salarié de l’Etat de Fribourg peut prendre une retraite anticipée dès 60 ans, sans diminution du taux de rente. Dans le projet mis en consultation par le Conseil d’Etat, l’âge terme de la retraite sera fixé à 64 ans, chaque année d’anticipation se traduisant par une diminution du taux de conversion de 7,5%. A l’exception des très hauts salaires, il ne sera donc plus possible de prendre une retraite anticipée.
Des sacrifices assumés à 65% par le personnel
Dans les trois variantes proposées par le Conseil d’Etat, la participation la plus importante de l’Etat de Fribourg se monterait à 500 millions de francs (sachant que, dans la seconde variante, le taux de cotisation de l’Etat-employeur diminuerait de 2%, ce qui a été pris en compte de manière erronée dans le message du Conseil d’Etat). Or, le coût total de la réforme se monte à 1,4 milliards de francs. Conclusion : l’essentiel de l’effort – 65% - est assumé par le personnel, tandis que l’employeur prend à sa charge 35% au plus. Une répartition aussi déséquilibrée est inacceptable.

Vers une journée d’actions et de grève !

Le 20 septembre, 1'500 salariés de l’Etat ont manifesté contre le premier projet de révision de la CPPEF. Cette mobilisation doit se poursuivre, afin d’améliorer fortement le projet mis en consultation. Le SSP a proposé à la FEDE d’appeler à une Assemblée générale de la fonction publique, à la fin du mois de janvier 2019. Cette Assemblée serait amenée à donner une réponse unitaire au projet du Conseil d’Etat, et à décider de la poursuite de la mobilisation, notamment l’organisation d’une journée d’actions et de grève au mois de février 2019.

Nous vous invitons à nous transmettre vos certificats de prévoyance (Enable JavaScript to view protected content.), pour que nous puissions faire des simulations des pertes de rentes, et le résultat issu du calculateur de rente mis à disposition par la Caisse de prévoyance (www.fr.ch/calculateur-de-rente).

Cette News au format PDF