Pour le passage à 40 heures de travail hebdomadaires

de: Gaétan Zurkinden

Avec un excédent comptable de 56,6 millions de francs avant opérations de clôture, les comptes 2017 de l’Etat de Fribourg confirment, une fois de plus, l’excellente santé des finances publiques fribourgeoises. Ils démontrent que le discours catastrophiste qui avait motivé les mesures structurelles d’économies, en 2013, n’était que de circonstance.

Retour d’ascenseur
On critique souvent le Conseil d’Etat fribourgeois pour son manque de vision et d’ambition. Après les mesures d’économies douloureuses des années 2014 à 2016, un retour d’ascenseur s’impose.
Ce contexte financier plus que favorable – la fortune de l’Etat de Fribourg est toujours supérieure à 1 milliard de francs – doit servir à financer des réformes ambitieuses, pour améliorer de manière substantielle les conditions de travail du personnel de l’Etat de Fribourg et du secteur subventionné (EMS, secteur social), et les rapprocher de ce qui existe dans les cantons voisins.

Semaine de 40 heures et congé allaitement ou congé parental
Le Conseil d’Etat a lancé récemment un projet de nouvelle « Politique du personnel » à l’Etat de Fribourg, « dont l’objectif est de positionner favorablement l’Etat en tant qu’employeur compétitif et de dégager des axes de valorisation du personnel ». Ce projet sera couplé à une révision totale de la Loi sur le personnel de l’Etat de Fribourg (LPers).
Le SSP – région Fribourg prend le gouvernement au mot, et propose deux réformes majeures :

  • La diminution de la durée hebdomadaire de travail de 42 heures à 40 heures.
  • L’introduction d’un congé allaitement d’un mois, qui suivrait le congé de maternité, ou d’un congé parental.

Avec 42 heures de travail hebdomadaires, Fribourg fait partie des cantons ayant une durée du travail particulièrement élevée. De nombreux cantons romands ont une durée hebdomadaire de travail inférieure : Vaud (41,5 heures), Genève (40 heures), Neuchâtel (40 heures). A la Confédération, le nombre d’heures de travail hebdomadaires est de 41 heures.

C’est le cas, également, de plusieurs grandes villes (Genève, Lausanne, Berne : 40 heures), des ex-Régies fédérales (CFF : 40 heures ; La Poste : 41 heures ; Swisscom : 40 heures), ou de grandes entreprises privées (Ilford et Polytype : 40 heures ; COOP et Migros : 41 heures).

Avec la difficulté croissante de concilier vie familiale/privée et vie professionnelle, couplée à l’intensification des rythmes de travail, la question du temps de travail resurgit, en Suisse et en Europe. Il y a quelques mois, les syndicats allemands ont, ainsi, trouvé un accord avec le patronat pour une réduction significative du temps de travail. L’introduction d’un congé allaitement d’un mois suivant le congé de maternité – ou d’un véritable congé parental, par exemple de 6 mois, à partager entre le père et la mère – doit également être un moyen d’aller dans ce sens.

Cette News au format PDF