Fonction publique et parapublique fribourgeoise: une nouvelle période s’ouvre

de: SSP Fribourg

Austérité, austérité…

Nouvelle période. Oui, c’est bien un nouveau cycle qui va s’ouvrir pour la fonction publique et parapublique fribourgeoise. Les élections cantonales qui se tiendront cet automne symboliseront la fin de deux législatures (2013 à 2016 ; 2017 à 2021) marquées du sceau d’une politique d’austérité de fer, sous la houlette incontestée du ministre des Finances Georges Godel. On peut citer, notamment : les mesures d’économies sur les prestations et les salaires (« contribution de solidarité » de 2014 à 2016) ; les mesures d’économies dans l’enseignement (dès 2014) ; la révision de la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat de Fribourg (CPPEF), avec une forte élévation de l’âge de la retraite et une diminution massive des rentes ; la révision de la Loi sur le personnel de l’Etat de Fribourg (LPers), avec la facilitation de la procédure de résiliation des rapports de travail.

Difficile de considérer ces mesures marquantes comme progressistes… Bref, deux législatures caractérisées par des reculs majeurs pour le service public, auxquels on peut ajouter le démantèlement progressif, mais constant, de l’Hôpital fribourgeois (HFR).

… malgré des finances très saines

Fait marquant, cette politique d’austérité a été appliquée malgré des finances cantonales au beau fixe. Non seulement, les résultats comptables ont été bénéficiaires durant l’ensemble de cette période – pas un seul déficit comptable, ce qui est loin d’être le cas des cantons voisins ! – mais la fortune de l’Etat de Fribourg a culminé sans discontinuer à des niveaux stratosphériques, avec plus d’un milliard de fortune jusqu’à la fin de l’année 2019. Même la révision de la CPPEF (qui se traduit par l’injection de 300 millions de francs environ de la part de l’Etat-employeur) et la pandémie de Covid-19 peinent à diminuer ce monceau d’or, qui culminait encore, au 31 décembre 2020, à 755 millions de francs ! Il y aurait, donc, largement de quoi développer le service public, plutôt que le démanteler.

Mobilisations du personnel et droit de grève

Une lumière à ce sombre tableau pour le service public et parapublic fribourgeois : le personnel de la fonction publique et parapublique fribourgeoise a appris à se mobiliser, et parfois fortement, pour défendre ses droits. Ainsi, le 14 juin 2013, plus de 5'000 fonctionnaires sont descendus dans la rue pour s’opposer aux coupes salariales. Le 20 février 2019, 4'000 salarié-e-s de la fonction publique fribourgeoise ont défilé, et un débrayage d’une heure a été suivi par près de 4'000 salarié-e-s le 30 avril. Enfin, le 4 mars 2020, près de 2'000 salarié-e-s ont participé, d’une manière ou d’une autre, à la première journée d’actions et de grève de l’histoire de la fonction publique à Fribourg. Ce sont des pas en avant considérables pour la défense des salarié-e-s, couronnés par l’obtention du droit de grève en 2017 pour le personnel de la fonction publique fribourgeoise – à l’exception du personnel soignant – puis, en 2018, pour le personnel des soins également (suite au recours victorieux du SSP au Tribunal fédéral).

Définir de nouvelles priorités

Avec cette nouvelle période qui s’ouvre pour la fonction publique et parapublique fribourgeoise doit également débuter un débat pour définir les priorités que le SSP – et les salarié-e-s – souhaitent défendre au cours des prochaines années. Car les défis sont nombreux : défendre le service public hospitalier (HFR), menacé de démantèlement et de privatisation ; revaloriser les professions soignantes, victimes d’une scandaleuse inégalité de traitement par rapport aux autres fonctions de niveau bachelor à l’Etat de Fribourg ; diminuer les effectifs dans les classes, parmi les plus hauts de Suisse ; diminuer la durée hebdomadaire de travail (actuellement 42 heures par semaine) ; prendre des mesures pour protéger, réellement, le climat ; ou encore défendre un salaire minimal cantonal qui ne soit pas au rabais. Quelques idées parmi d’autres, sans aucun doute !

Nous avons besoin de vos idées !

Un projet se construit de manière collective. Pour définir nos priorités à venir, nous avons besoin de votre participation, et de vos propositions, à toutes et tous !

Le Comité du SSP – région Fribourg a d’ores et déjà défini un certain nombre de priorités immédiates, que vous pouvez télécharger ci-dessous. Pour discuter des axes principaux d’intervention du SSP à plus long terme pour la législature qui va s’ouvrir dès le 1er janvier 2022, nous vous encourageons à nous transmettre vos propositions. Des rencontres seront, comme d’habitude, régulièrement organisées sur les lieux de travail pour entendre vos préoccupations, discuter des améliorations nécessaires et des moyens à utiliser pour les défendre.

Downloads
27.09.2021 Priorités PDF (159 kB)