80 salarié-e-s mobilisé-e-s contre la restructuration!

Mercredi 15 décembre, près de 80 salarié.e.s de la Fondation Les Buissonnets - plus grosse institution sociale du Canton - se sont mobilisé.e.s.

(deutsch unten)

En cause, la restructuration décidée par le Conseil de Fondation, et sa Présidente Ursula Schneider-Schüttel, également Présidente de INFRI, voulant hiérarchiser le fonctionnement de la Fondation.

Le personnel a disposé 275 paires de chaussures pour représenter les 275 signataires de la pétition – soit 60% du personnel – à qui la Fondation ne donne pas de réponse.

Pour comprendre la mobilisation, l'interview d'une salariée parue dans le dernier Services publics.

« Il faut d’abord répondre aux besoins sur le terrain ! »

Le 15 décembre, le personnel de la fondation les Buissonnets s’est mobilisé contre un projet de restructuration opaque et bureaucratique. Près de 80 personnes ont pris part à la mobilisation! Questions à Sandrine, salariée au sein de la plus grande institution sociale du canton.

En quoi consiste la restructuration que vous dénoncez ?

Sandrine – La fondation les Buissonnets est partagée en 5 institutions indépendantes visant à répondre aux besoins d’enfants, de jeunes et d’adultes ayant des besoins éducatifs particuliers ou en situation de handicap: une école et internat romand et alémanique pour les enfants de 4 à 18 ans, un centre de jour pour les plus de 18 ans, un centre de thérapie et un service d’éducation spécialisée (SEI) itinérant, un service administratif et logistique. Chaque institution a sa propre direction, le tout est chapeauté par un conseil de fondation. Or ce dernier veut introduire un nouvel échelon hiérarchique, sous la forme d’un-e secrétaire général-e, entre le conseil de fondation et les directions d’établissement.

Pourquoi vous y opposez-vous ?

Cette restructuration se déroule sans aucune concertation avec le personnel. Tout se fait « en haut », les employé-e-s sont dans l’incertitude, nos revendications ignorées. Cela nous donne beaucoup de souci pour la suite.

Nous craignons aussi que l’introduction d’un nouvel échelon hiérarchique entraîne une perte d’autonomie pour les institutions – et une difficulté à répondre de manière rapide et flexible aux besoins que nous détectons sur le terrain. Cela risque de se traduire par une baisse de la qualité de nos prestations.

Nous avons l’impression que le conseil de fondation se trompe de priorité. Beaucoup de ressources sont investies dans une restructuration bureaucratique. Alors que sur le terrain, nous sommes confronté-e-s à augmentation des besoins, liée à l’évolution de la société.

Quels sont ces nouveaux besoins ?

Nous faisons face à une hausse de la demande. Il y a une tendance à l’augmentation des troubles liés à l’autisme chez les enfants. Et plus d’enfants présentent des problèmes de développement, notamment liés aux écrans.

Nous sommes confronté-e-s à des situations complexes impliquant les enfants, leurs familles, l’institution scolaire, les médecins, etc. Y répondre exige un grand investissement et des approches différenciées: certains enfants continueront leur scolarité en école spécialisée, d’autres pourront être maintenus dans leur école.

Sur le terrain, nous manquons de moyens pour faire face à ces demandes – c’est une conséquence de la politique d’austérité menée par le canton. Conséquence: nous sommes surchargé-e-s de travail. Au SEI et au centre de thérapie par exemple, les listes et les temps d’attente s’allongent. Il y a aussi la menace que certaines institutions soient forcées à revoir leurs prestations à la baisse.

C’est la manière de répondre à ces besoins qui devrait être la priorité du Conseil de fondation !

Quel est l’état d’esprit du personnel ?

Les collègues sont en colère. Malgré la peur pour l’emploi, 275 employé-e-s (sur un total de 436) ont signé la pétition demandant que la restructuration soit suspendue jusqu’à ce que l’ensemble du personnel ait été entendu. Nous avons tenu plusieurs assemblées, bien suivies. De nombreux-euses collègues ont pris des initiatives et se sont engagé-e-s pour préparer la mobilisation du 15 décembre. C’est très positif pour l’avenir !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Umstrukturierung als unzureichend erachtet

Am Mittwochmittag, den 15. Dezember, versammelten sich rund 30 Arbeitnehmer-inne-n und hielten eine Aktion vor dem Eingang der Stiftung Les Buissonnets ab. Grund dafür war die Ablehnung der Umstrukturierung der Stiftung und der Schaffung und Ausschreibung der Stelle eines/-er Generalsekretärs/-ärin, der/die diese leiten soll.

Die fünf Institutionen, aus denen sich Les Buissonnets zusammensetzt, sind heute in ihrer Arbeitsweise autonom und praxisnah, was in einem hierarchischen System nicht mehr der Fall wäre. Das Personal wehrt sich dagegen, dass die Vertretung der fünf Institutionen mit ihren unterschiedlichen Realitäten gegenüber dem Stiftungsrat und dem Staat Freiburg nur in den Händen dieses/-er Generalsekretärs/-ärin liegen würde.

275 Paar Schuhe…

Bei der Aktion am 15. Dezember mobilisierte das Personal auch 275 Paar Schuhe, um die 275 Unterzeichner der Petition (60% des Personals) zu repräsentieren, die Mitte Oktober gegen diese Umstrukturierung eingereicht worden war und auf die die Stiftung nach mehr als acht Wochen noch immer keine Antwort gegeben hat.

Die Ignoranz, die der Stiftungsrat unter dem Vorsitz von Ursula Schneider-Schüttel gegenüber den Forderungen des Personals an den Tag legt, wird als eine Form der Missachtung wahrgenommen. Die in der Petition erhobenen Forderungen sind nach wie vor aktuell: Aussetzung des Einstellungsverfahrens für den/die Generalsekretär/-in, solange das Personal nicht zur Reform angehört wird, keine Garantien für das autonome Funktionieren der Institutionen vergeben werden und die Rolle der Organe sowie das Pflichtenheft für diese neue Stelle nicht geklärt sind. Er fordert außerdem Transparenz und ein echtes Recht auf Information.

Recht auf Konsultation

Durch die Mobilisierung am 15. Dezember verlangt das Personal nun, dass es gemäß den Bestimmungen des Gesamtarbeitvertrages (GAV) INFRI-FOPIS angehört wird. Artikel 33.5 des GAV besagt: " Das Personal wird über alle Entscheidungen, die es betreffen informiert und über wichtige Fragen konsultiert. Es wird über wichtige Angelegenheiten und Projekte konsultiert. Projekte mit Einfluss auf die Arbeitsbedingungen werden in partnerschaftlichem Sinne von den betroffenen Parteien umgesetzt.".

Das Personal der Buissonnets lehnt es kategorisch ab, dass Entscheidungen, die sich auf die Arbeitsbedingungen und die Organisation der Stiftung auswirken werden, ohne sie, ohne ihre Erfahrung und ihre Kenntnisse vor Ort getroffen werden.

Downloads
20.12.2021 Communiqué Buissonnets 15.12.21 PDF (100 kB)
  • Pétition contre la restructuration des Buissonnets / Petition gegen das Umstrukturierungsprojekt der Fondation Les Buissonnets.

    Pétition a signer d'ici au jeudi 14 octobre 2021. Le formulaire en ligne est en bas de page. Die Petition muss bis Donnerstag, 14. Oktober 2021, unterzeichnet werden. Das Online-Formular finden Sie unten auf der Seite.